logo scrool
   
Actualités

Actualités

RIVES DU THOUET : PLANTATION DE VÉGÉTAUX AUTOCHTONES

RIVES DU THOUET :  PLANTATION DE VÉGÉTAUX AUTOCHTONES
En ville, l’arbre est souvent le premier lien avec la nature. Il structure le paysage, adoucit la présence du minéral, améliore la qualité de vie et participe à la biodiversité. Forte de ce constat, la Ville de Saumur a décidé de renforcer sa politique en faveur de l’environnement en plantant des végétaux autochtones sur les Rives du Thouet, au niveau de la plaine sportive.

Accentuer la valeur paysagère des rives du Thouet par la diversité des espèces plantées
Dans un premier temps, 140 jeunes plants issus de pépinières locales ont été choisis : saules, chênes, aulnes, ormes, frênes et peupliers noirs. Ce choix a été fait dans l’optique d’ améliorer la variété arborescente et offrir à la faune des espèces autochtones plus adaptées. Il s'agit aussi de retrouver des prairies arborées, en remplacement des traditionnelles peupleraies.
Ces arbres créent des perspectives paysagères intéressantes. En ré-ouvrant le paysage, ils faciliteront l'appropriation de ces espaces par les saumurois (pique-nique, repos, activités diverses…).

Au-delà de l’argument purement paysager, le développement du patrimoine arboré urbain répond à différents enjeux comme la préservation de la diversité des écosystèmes et des espèces entre autres.

Renforcer le rôle de corridor et améliorer la biodiversité
Le végétal en ville peut jouer plusieurs rôles en matière de biodiversité.
La plantation de nouveaux arbres va permettre de prolonger la "trame verte", végétale, en complément de la "trame bleue" (Le Thouet) et ainsi devenir un refuge de biodiversité notamment pour la faune des zones humides.

A Saumur, cette dimension a été prise en compte dans l’aménagement des Rives du Thouet.
Les trames vertes constituent des ‘corridors’, que les espèces animales vont utiliser dans le cadre de leurs déplacements et migrations. C’est d’autant plus important que l’environnement urbain constitue souvent un obstacle à ces déplacements, qui sont pourtant indispensables à la survie des espèces.

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.